« Tterka » ou les animaux malades de la peste

Poème de : Jean de La Fontaine.

Adaptation : Hace MESS

Un mal qui répand la terreur,
Mal que le Ciel en sa fureur
Inventa pour punir les crimes de la terre,
La Peste (puisqu’il faut l’appeler par son nom)
Capable d’enrichir en un jour l’Achéron,
Faisait aux animaux la guerre.
Ils ne mouraient pas tous, mais tous étaient frappés :
On n’en voyait point d’occupés
A chercher le soutien d’une mourante vie ;
Nul mets n’excitait leur envie ;
Ni Loups ni Renards n’épiaient
La douce et l’innocente proie.
Les Tourterelles se fuyaient :
Plus d’amour, partant plus de joie.
Le Lion tint conseil, et dit : Mes chers amis,
Je crois que le Ciel a permis
Pour nos péchés cette infortune ;
Que le plus coupable de nous
Se sacrifie aux traits du céleste courroux,
Peut-être il obtiendra la guérison commune.
L’histoire nous apprend qu’en de tels accidents
On fait de pareils dévouements :
Ne nous flattons donc point ; voyons sans indulgence
L’état de notre conscience.
Pour moi, satisfaisant mes appétits gloutons
J’ai dévoré force moutons.
Que m’avaient-ils fait ? Nulle offense :
Même il m’est arrivé quelquefois de manger le Berger.
Je me dévouerai donc, s’il le faut ; mais je pense
Qu’il est bon que chacun s’accuse ainsi que moi :
Car on doit souhaiter selon toute justice
Que le plus coupable périsse.Sire, dit le Renard, vous êtes trop bon Roi ;
Vos scrupules font voir trop de délicatesse ;
Et bien, manger moutons, canaille, sotte espèce,
Est-ce un péché ? Non, non. Vous leur fîtes Seigneur
En les croquant beaucoup d’honneur.
Et quant au Berger l’on peut dire
Qu’il était digne de tous maux,
Etant de ces gens-là qui sur les animaux
Se font un chimérique empire.
Ainsi dit le Renard, et flatteurs d’applaudir.
On n’osa trop approfondir
Du Tigre, ni de l’Ours, ni des autres puissances,
Les moins pardonnables offenses.
Tous les gens querelleurs, jusqu’aux simples mâtins,
Au dire de chacun, étaient de petits saints.
L’Ane vint à son tour et dit : J’ai souvenance
Qu’en un pré de Moines passant,
La faim, l’occasion, l’herbe tendre, et je pense
Quelque diable aussi me poussant,
Je tondis de ce pré la largeur de ma langue.
Je n’en avais nul droit, puisqu’il faut parler net.
A ces mots on cria haro sur le baudet.
Un Loup quelque peu clerc prouva par sa harangue
Qu’il fallait dévouer ce maudit animal,
Ce pelé, ce galeux, d’où venait tout leur mal.
Sa peccadille fut jugée un cas pendable.
Manger l’herbe d’autrui ! Quel crime abominable !
Rien que la mort n’était capable
D’expier son forfait : on le lui fit bien voir.
Selon que vous serez puissant ou misérable,
Les jugements de cour vous rendront blanc ou noir.


Jean de LA FONTAINE (1621-1695), Fables, Livre VII, 1.

Tikkulya – esclavage

Tikkulya – esclavage

Tikkulya – « Esclavage »

 Gibran Khalil Gibran

Asmuḥyet : Hace Mess

Yebril 2020

 

Imdanen lulen-d d aklan i ddunit, d irebbi i lhem d uɣunzu, d asfel i tedrimt yeqqlen d Iṛebbiten anda kulci yebna s wakal. Tikkulya d acercuṛ yesmarayen ddɣel d lehṣed deg uzal-nsen, imeṭṭi d yidim deg wuḍan-nsen.

Sebεa n leqṛun i iεeddan seg wasmi i d-wwḍeɣ ɣer ddunit, seg wasmi i d-ffɣeɣ si ulac ɣer irebbi n wurfan d uḥebber. Seg wass-nni ar assa, i d-mmugreɣ deg ubrid-iw ala aklan yeknan s taẓeyt n yigenni d yimeḥbas yettwarzen s snasel i ttawin deg wallaɣen yeḥfan. 

Bdiɣ tikli seg umalu ɣer usammar, si tizi ɣer tniri, lḥiɣ ḥafi i tili n tudet d tafat s i teldi iberdan i wussan, walaɣ timura akked yigduden ddan d iqeffafen, wa deffir wa, nneεc ɣef tuyat, d abrid ɣer tmeqbart anda ara meḍlencafriwen n tlelli, tilelli igezren s lebɣi n ssyad-nsen. Walaɣ imdanen ffɣen-d seg yifri d ṭṭlam ideg i zedɣen, teddun ɣef rebεa akken ad sbedden ixammen deg yigran n lεic, deg yiḥerqan yeqqlen d iḍerfan i yidammen yessulin tagelda s tidi d leεtab n wiyiḍ… D acu kan ar assa ur d-ufiɣ ara imdanen i ibedden : i walaɣ ala tuyat yeknan seddaw taẓeyt n uzaglu, iɣallen yettwarzen s snasel n ddel d uɣunzu ; i walaɣ ala uzzal yerran ccwami d ticraḍ i lebda, tigecrar yeknan sdat ssyadi yeṭṭfen lebḥer d luḍa ; walaɣ mazal ttwaliɣ igelliden n yiderwicen yeẓẓiẓẓinen s yiɣsan n widen i asen-yettarran asemmiḍ akkin… 

Ḍefreɣ amdan si Babylone ɣer Paris, si tmurt n Leqbayel ɣer New York, i d-yeğğa s deffir-s ala limara n snasel yezzuɣur ɣef ṛṛmel, iɣsan ibubb ɣer tama n yidim n uḍar yeddan ḥafi. Beddeɣ,ɣer tizi selleɣ ahu n tsusmi d-turew teẓgi, tawrirt i d-yettarran ṣṣut n yal imeṭṭi ur ufin irebbi deg wallen, ul i wumi zlan tafat. Beddeɣ sellaɣ lexyal yettru ɣef yal tayri yettwameḍlen, aseḍṣu yettwaɣeḍmen s tefrut ttakken d tarzaft i kennu n tlelli, tayri yeqqlen d asfel i wungifen.

                                                                                      * * *

Kecmeɣ ɣer daxel n lebruj, leğwameε ur yezdiɣ Rebbi, lemqamat yekkaten tifiwa i yigenni, iɣerbazen ideg tenfa tmussni ; beddeɣ sdat n ukersi yefkan tazmart i ugellid yeččuren d leεyub, ixxamen n ccreε yerran snasel d axelxal i umeslub ; wallaɣ llebsa rsan s at leḥkum d widen yeččan leεtab n ugdud ; walaɣ učči i d-yersen ɣef uεrur n widen yectaqen talqimt… Di yal tarkunt n tudert ala azeglu d kennu : walaɣ axeddam d akli n umεellem, amεellem d akli n userti, winna yesseqdacen tasertit d akli n uεsekriw, aεsekriw d akli n ugellid, agellid d akli n at ddin, at ddin d aklan n yiṛebbiten , iṛebbiten d aεrak n waluḍ ifeṣlen ccwaṭen d lejnun, iṛuḥaniyen i d-yessufɣen deg εennuẓ ayen ur yezdiɣ rruḥ, d axmir s wudem yeqqlen d Rebbi yersen ɣef tiɣilit yebnan s wacḥal d aqecrur.

Kecmeɣ ɣer yixxamen n yimerkantiyen, widen yesεan tazmert d uṣurdi, kecmeɣ ɣer utemmu anda yezdaɣ yigellil d win ur yufin aṣurdi yeflan ; beddeɣ sdat leḥyuḍ yebnan s lmerğan uzwiɣ, tixxamin i iṛeqqmen s tidi n widen yettrun ; refdeɣ aqerruy-iw ɣer ssqef yessan s ddheb d lfeṭṭa i icebbḥen yal tiɣmart, beddeɣ sdat n terkunt i yettiqqin deg yixxamen i iselɣen s tumlilt, anda yal amḍiq yettarra-d anza n lmut, udem n lḥif d layas, uzzu n tugdi d ddel : Walaɣ agrud i tteṭṭeḍ di tebbuct n yemma-s izir amenzu i as-yettaken lğehd akken ad yili d akli i ṣṣelṭan ;Walaɣ ilemẓiyen lemden kennu di tutlayin ur asen-tefki yemma-tsen ;Tiqcicin ttlusent lqec n ddel ara tent-yerren d tiɣawsin sdat uṣurdi, d tadist ara yettarwen am yiɣersiwen ;Walaɣ tilawin s tezmert d ṣṣifa, ẓẓlent deg wusu n ṭṭaεa d nniyya, usu n ddel d uɣunzu, usu ara yerren afwad-nsent d anu ideg ara imeṭṭel urgaz urfan n tudert ;Walaɣ imeɣban ɣef tgecrar ssuturen ijifer n tudert deg ufus tuɣ tbeεεuct d tiṣeḍṛi, afus i as-yezḍan acḥal d tamrart i tlelli…

                                                                                   * * *

Ḍefreɣ tasuta seg yixxamen n Yiqbayliyen ɣer Lesquf i imecḥen igenni di Marikan. Deg ubrid-iw kkiɣ taftist yeqqlen d ssxab i tniri, isaffen n Nil, idurar n Sinay di Maṣer, tizenqatin n Venise, Agni n Athène akked tmezdayin n Rome. Walaɣ tikkulya tedda d yiqeffafen n tugdi i imecḥen aɣebbar si tṛuẓi, knan ɣef tgecrar, ttẓallan ɣef yilem semman-as Rebbi ; Walaɣ tikkulya smarayen-as ccrab d lmesk ɣer yiḍarren, fkan-as isem n ugellid ; Ṣerɣayen lεember sdat ufexxar yeqqden s yirij n wurfan, semman-as nnbi ;Kennun sdat-s, rran tikmamin i yimawen, semman-as lqanun ;S yissem-is sekren ṭṭrad, neqqen wiyiḍ, semman-as amennuɣ ɣef tmurt ;Zlan tilawin, ḥejbent tiqcicin, kerzen laxert s ujenwi d tiselbi, semman-as Lğihad ;Qqlen d ulac sdat tiṛɣi-s, zenzen fell-as tiwiztin, uɣen-d leεyub, semman-s zzhu n tudert ;Serɣayen ixxamen, sengaren tudrin d tmura, semman-as tadrimt d uṣurdi…Walaɣ tikkulya tettlus iceṭṭiḍen n widen yemmuten, tettaḍṣa ɣef widen i tt-iεebden, tsemma-yasen aklan.

Tikkulya mačči yiwen n yisem i tesεa, acu kan yiwet n tidet i tt-id-yessenṭaqen, mačči yiwen n wudem i tt-iweṣfen, acu kan yiwen n lmeqsud i tt-yesbedden. Yella wayen yugaren aya, tikkulya d aṭṭan i izedɣen talsa si zman aqdim alama tenger ddunit. Tikkulya d aḍɣer yettsummun tafat anda tebrekt teẓẓel abernus-is, d aceṭṭiḍ n buberrak yeqqlen d taṛuẓi, d tisfi anda rruḥ ur yezmir i waddud imi yessemɣay di tfidi yebɣan lesrar n yiɣes. Tikkulya d aṭṭan yettafen aẓar deg waddud d unexẓur, argaz yettağǧa-tt-id d lamana i mmi-s akken tettak tmeṭṭut rruḥ i ugrud mi ara tili s tadist. Tikkulya tteẓẓun-tt deg wussan n tudert akken ad teğğuğeg deg yiẓekwan ɣezzen i tlelli, ad temɣi akken tgemmu tebrekt mi tesseblaε tizi iṭij yeṭṭef lweḥc deg yigenni… Mi d-yewweḍ unebdu, ayen meyylen d wayen zerεen ad t-id-megren s tidi i asen-ččan wiyiḍ… 

                                                                                        * * *

Mačči d yiwen n wudem i d-mmlaleɣ di tikkulya :

Tikkulya taderɣalt yeqqnen taswiεt n tura si yettidir umdan ɣer wayen yesεedda jeddi-s, tikkulya yurzen leṛwaḥ-nsen s leεwayed n tirẓegt n lejdud d ddin i d-yettağwen tugdi yettenfufuden deg wallaɣen. D ayen i ten-yeğğan ad qqlen d ijeɣlalen ijdiden di tfekka yeffeɣ rruḥ, d iẓekwan ideg tekker tɣemmalt anda ẓẓlen yiɣsan yerkan i lebda ;

Tikkulya tagugamt i iḥettmen argaz ad yaɣ tameṭṭut ur yebɣi, tin yettɣanfi si ṣṣura alamma d tirga, tikkulya yetteqqnen tameṭṭut ɣer wusu n urgaz ur tḥemmel, tikkulya ara ten-yesburen s lekfen n tsusmi akken tesbur teglimt iɣes. D ayen i ten-yerran ad xessin am tafat tesseblaε tegnawt n tegrest ;

Tikkulya taεeẓẓugt ara iḥettmen amdan ad yeddu d tikli n widen t-yezwaren, widen as-d-yezzin, agraw n lεar i ibedden d timetti, ad yeknu anda kennun, ad yels taceṭṭiḍt ttlusun xas ma yella tefka udem i teεri. S yisem n leεwayed yeḥfan d tebrekt yemɣumbazen deg yifwaden, ad yeggugem yixf-is, ad yegzem afriwen i yigider i t-izedɣen, ad yeğğ akured ad yessefrurex. Ad yeknu alama yeqqel d ahu i ṣṣut yebɣan tilelli, d lexyel i urwiḥ yezren deg yimeṭṭi, d tili i tfekka yebɣan tikli ;

Tikkulya taεibant yettarran at tezmart seddaw wungifen, at yiseɣ d aklan n lebɣi n widen i iεebbden tadrimt d cciεa. S ddel-nsen d uɣunzu, ad ten-rren d tassirt yeẓẓaden, d lemεinṣra yeddawaren s ufus-nsen, lɣella tettent wiyiḍ. Mi tent-uɣen di tuccer, kulci ad yuɣel di ṭṭerf… Isem-nsen ad t-yeṭṭef wayeḍ;

Tikkulya tarẓagant i d-yesrusuyen leṛwaḥ yemmuten deg yixxamen ideg yewwet yiɣisi n lḥif, tinna di litteε n ddunit tesmentag i llaẓ, leḥqer akked layas. Deg yirebbi-s ad ffɣen yilemẓiyen εaben i lebda : ad ttnernin medlulen, ad idiren d wudem n ttar d yidim, ad mmten s tefrut i izzellun isem-nsen alamma d iẓuran n talsa ;

Tikkulya yumsen ur yettaɣen tiɣawsiwin akken swant, tinna yettaken ismawen i wayen ur yellin d isem, tinna yettaɣen lḥerma n tmeṭṭut s telqimt n uεebbuḍ. S wammus d yilefḍan ad ttsemmin i lekteb, tidet ; i lfetna, tagmat ; taḥraymit, tiḥerci ; asmuqjen, tamussni ; ddel, lğehd ; lexdeε, iseɣ…;

Tikkulya yeknan, yettawin agdud s lebɣi n ufus i t-yurzen, win yesburen asigna i yiṭij n tudert-is. Syin akkin, ad as-ibeddel ssira, ad t-illeqqem s tyersiwin : tutlayt-is ad yettsetḥi s yes-s, iles-is ad yettellem deg yilem alamma tezḍa tissist tiɣemmar n ccfawat… Dinna, ṭṭlam d wammus ad as-d-ağwen tugdi, ad as-d-slalen Rebbi akken ad yemḍel ussan-is deg wanu n uraji n laxert tesseḥmay tmes n lekdeb ! 

Tikkulya n tbeεεuct d tiseḍri, mi yemmut ugellid, s leqder d lhiba, tugdi d cciεa ad rren mmi-s deg umḍiq-is, widen i iɣilen ṣṣrima d axelxal, ad zwiren ɣer yimeṭṭi, ad ttrun ɣef winna i ten-yeğğan, winna i ten-yerran d aklan, imi di ddunit-nsen d kennu i wumi semman addud s lqedd !

Tikkulya taberkant i iwecmen i lebda s useffud n lḥecmat yerran ilemẓiyen ur yedniben ur yeεṣin ad awin ddel n yimawlan-nsen, widen i ten-id-iɣurren ɣer tudert n ccwal ur bɣin. S taẓeyt n tikkulya d waklan i iεaben deg wallaɣ, tiḥerci-nsen ad tezzer deg wanu n leεyub, ad tt-tefk irebbi i tlafsa alamma yeffeɣ-d uzrem i d-iberrun i tsuqas yeččuren d ssem ! Syin akkin ad ifeggeḍ yidim, s yes-s ad yerr ttar di tafat i as-yettwakksen.

Taneggarut akk, d tikkulya yuɣen tikkulya, myexḍabent msudanent ; myuṭṭafent ulawen, s wuglan d yilsawen… di snat ad ağwent lğehd si tsusmi akked kennu akken ad sseknunt iziren n tafat.

                                                                                                             * * *

εyiɣ di tikli, nekk i iteddun deffir yimdanen, nekk i icurεen iseggasen n talsa d yiḍerfan n yal tasuta. Ɛyiɣ deg wayen ttwaliɣ deg yigduden d tmura, qqimeɣ ɣer tizi n wawal smeḥsiseɣ i tsusmi anda lğehd yeẓẓel iɣallen-is i usgunfu… Ɣer tizi n leǧnun di tiɣilt anda ttnejmaεen wat laxert d ibaḍniyen, anda tetteffer tili n wayen i iεeddan, ahu n wayen ur qeṭṭun yimdanen di ddunit, anda i d-εussen lexwaṭer yennuɣnan… Walaɣ yiwen n lexyel, ala aglim ɣef yiɣes, i teddu waḥdes, yeṣṣuḥub tili-s, tili-s tezzuɣur snasel yettwagezmen. I beddɣef tizi n yilem yettsummun tafat, iqubel iṭij anda akken i as-zzin aεrur yicewwafen d yiḥuwwafen… Neṭqeɣ ɣer ɣur-s.

« Aniwa kečč ? »

S ṣṣut n tmeṭṭut yerra-yi-d : « Nekk, isem-iw tilelli. »

« Anda tella tarwa-m ? »

« Yiwen yemmut ɣer tizi n leryaḥ, wayeḍ yeddderwac, ma d wis tlata mazal ur d-ilul. »

La reine errante

La vie est pleine de mystères, de surprises, d’épreuves et d’injustices. La vie, c’est cette belle rose qui s’épanouit le matin et se fane après un coup de soleil ou un soufflement de vent. Tinna est une belle femme quadragénaire, ravissante comme une fleur qui éclos un beau matin de printemps, s’étire et se déplie.

Tinna aime la vie, aime marcher, rire, danser et chanter. Elle se sent libre de ne rien posséder. Elle se sent riche de vivre pleinement sa liberté.

Tinna parle crûment, ne mâche pas ses mots mais s’abstient de blesser les autres.

Tinna dissimule son nom de peur d’être visible, d’être repérée. Elle voile son identité mais en porte la marque indubitable puisqu’elle ne se vête que d’une robe Kabyle.

Le message qu’elle veut transmettre est peut-être que la kabylité est en soi liberté ? Que la femme est en soi liberté? Que la vie est liberté ? Allez savoir !

Pendant que l’espace suffoquait de fumée de cigarettes, elle était allongée sur un canapé, comme une reine sur son trône, cigarette au bout des doigts, perdue dans ses pensées, les sentiers sinueux de sa vie. Son corps sensuel s’étale avec volupté comme une perle d’eau caressant les fleurs d’automne. Il était parfait, harmonieux et ravageur. Elle s’évertuait à montrer fièrement une partie de sa jambe comme pour révéler son côté sensuel qu’elle sait irrésistible et qui ne peut laisser quiconque indifférent. Ses cheveux châtains et soyeux étaient en parfaite harmonie avec son teint doré et lumineux. Son regard profond, insondable exprimait sa déception et la perte de confiance en l’être humain. Elle est comme un animal blessé. De temps à autre, elle éclatait de rire pour une anecdote insensée. Comme quoi, les balafres du temps n’ont pas atteint son âme d’enfant. Je la regardais et admirais sa beauté et son charme. Avec un français correct voire académique et un petit accent québécois, elle me parlait et se parlait à elle-même comme dans un étrange échange romanesque.

J’essayais de me synchroniser avec elle pour qu’elle se confie à moi, qu’elle ouvre son cœur à l’inconnue que j’étais pour elle.

J’essayais de lui faire comprendre que peu importe ce qu’elle avait à me dire, j’avais l’oreille attentive et je comprenais toutes ses peines.     

Tinna est une rebelle. Une révoltée. Une femme insoumise.

Tinna a quitté le monde de la raison pour fuir sa cruauté.

Tinna préfère déambuler dans les rues canadiennes, vagabonder fièrement au gré de ses désirs que de vivre sans dignité dans un manoir où la lâcheté des uns se conjugue à l’opportunisme collectif.

Tinna s’est fait un royaume de beauté et de magie qui semble rempli de couleurs et d’éclats.

Tinna ne cherche pas à se faire aider mais elle est plutôt en quête d’amitié et de sincérité. Elle ne veut pas mendier la solidarité d’un peuple qui, pour elle, a perdu ses repères.

Tinna saura t’expliquer qu’il ne faut jamais prendre une gorgée de vin au moment où un enfant parle.

Tinna saura aussi t’expliquer que quand quelqu’un vient chez toi, un cadeau à la main, il faut comme l’exige la tradition, à ton tour lui remettre un présent. C’est que Tinna a su garder les règles immémoriales de bienséance.

Tinna se fout éperdument du monde d’aujourd’hui plein de mensonges et de cruauté.

Si tu croises Tinna, ne lui parle surtout pas de Taqbaylit, ce capital de valeurs ancestrales, car elle déguerpirait les lieux.

Si tu lui parles de ces personnes qui luttent pour Taqbaylit, elle te dirait qu’elles en sont dépourvus et que tout dans leur comportement est mensonge et tromperies.

Tinna ne te dira rien de ce qu’elle a vécu car elle sait que l’ami d’aujourd’hui peut s’avérer l’ennemi de demain et qu’il se contreficherait de ses douleurs et de ses souffrances.

Tinna est comme toutes ces femmes qui n’ont pas supporté l’injustice et l’hypocrisie de toute une société. Elle a préféré s’en éloigner pour errer sans chaînes, errer encore et toujours…

Marche, crie, danse, chante…Tu es une descendante d’une reine. Tu es une reine.

Les jours passèrent et Tinna resta gravée dans ma tête comme une œuvre majeure, féministe et libertine qui invite à penser autrement. Une œuvre où l’amour, la sensualité, la joie de vivre, la liberté, l’intelligence, l’insouciance se mêlent à beaucoup de souffrances indicibles.

Qui es-tu, ange des rues ?

Il doit y a avoir en toi quelque mystère inconnu pour nous jusque-là. À coup sûr, tu es pétrie d’un limon autre que le nôtre. Que tu sois de feu ou de glace, tu restes l’ange qui a fait le choix de quitter le monde des démons et opté pour vivre pleinement son innocence.

Où es-tu, reine vagabonde?

Tinna, pardonne-moi, pardonne-nous…Tu es dehors alors que l’hiver est aux portes de la ville avec ses neiges chargées de froid. Tu continueras à errer encore et encore alors que nous serons turpidement calfeutrés au dedans.

                                                                                                                 Sabrina Azzi, le 05 octobre 2019.

Ṣṣer iman-im, a tamenɛult

Pour qu’aucune femme [kabyle] ne soit victime de violences symboliques, masculines… et de l’inconscient collectif.

 » – Di leɛnaya-m a taṭbibt, semmeḥ-aɣ !

Issuter-i-y-id Bab n tḥanut smaḥ amzun di meyya yid-sen i llan… Ur zriɣ ara ma yessuter-it-id s yisem n yergazen teffeɣ lhiba, neɣ s leɛnaya n at n tissas ibɣan talwit; ma yessuter-it-id s yisem n temdint merra, s yisem n tmurt, s yisem n lbaṭel iḍeṛṛun yal ass di tudrin, di temdinin, di ddunit merra. Mmuquleɣ deg-s, asemmiḍ iherres i-yi, allen-iw brant-d i yimetti… Ur ẓriɣ ma yella ttruɣ imi yella urgaz am netta ifehmen, tameṭṭut d tudert, d tamusni, d tafat; tameṭṭut d tilelli, d tiqit itekksen fad; tameṭṭut d lbaḍna anda ulac laman; tameṭṭut d amdan s wallaɣ d wul, d amdan s uḥulfu-s d tezmert-is… mačči kan d aḥeččun a lqum i wumi teqqel nnefḥa ɣer deffir. »

Texte : Taous Ait Mesghat
Adaptation et voix : Hace Mess

IL pleuvait , il ventait et il faisait froid , il commençait déjà à faire nuit et je devais presser le pas . Ce n’est pas facile quand la boue arrive aux chevilles et que les ordures jonchent les trottoirs , mais j’avançais quand même avec précaution , le parapluie à la main comme un funambule sur un fil de soie . Aucun taxi n’avait répondu à mon appel , il faut dire que dans mon pays certains métiers hibernent et il fallait absolument rattraper le dernier bus pour Alger tout en réfléchissant en cours de route à ce qu’on pouvait faire à manger quand on n’a pas eu le temps de faire son marché . Et puis il y avait les godasses du petit que je n’avais pas encore achetées , son école qui commençait à rechigner , l’inscription au bac du cadet , le loyer , les papiers , ces foutus papiers qui tardaient , 4 ans de galère dans les couloirs sombres de la bureaucratie et je ne voyais toujours aucune lueur .. Lueur , oh purée il y avait aussi la facture d’électricité à payer ! J’avançais ainsi perdue dans mes pensées , le parapluie malmené par le vent venait de me lâcher , quand j’entendis soudain une voix interpeller :  » ASSOTRI ROHEK YAL KHAMDJA !!!  » (Couvre toi sale pute !!!) . D’habitude je ne fais pas attention , je ne réagis pas , j’ignore et je continue mon chemin sans me retourner ; c’était tellement récurrent de se faire insulter que nos oreilles ont appris à filtrer , nos cœurs sont devenus imperméables à l’agressivité et nos âmes insensibles face à l’infamie et la vilité . Ce jour là je n’ai pas pu . Il ne pouvait s’adresser qu’à moi , jetais la seule femme dans la rue . Je me suis arrêtée un instant en révisant ma tenue : Bottes , long manteau , cache nez et chapeau . Mais que diable voulait il dire par couvre toi !? De quel droit s’adressait il à moi ?? Je devais comprendre et je suis revenue sur mes pas . Il était toujours là , adossé à la vitrine d’un magasin de chaussures ,un petit freluquet probablement de l’âge de mon aîné . « C’est à moi que tu parles ?  » Surpris , les yeux exorbités , il ne s’attendait pas à ce que je revienne le questionner ; il lâcha les quelques poils de menton qu’il caressait , fît un mouvement de langue sous sa lèvre supérieure pour libérer sa chemma , la cracha , bomba son torse rachitique pour se donner de la contenance et rétorqua : « Ih ntiya assotri rohek ! Khemejtou leblad yal khamjate !!!  » (Oui toi couvre toi ! Vous avez sali le pays sales putes !) « 10cm de cheveux d’une femme de l’âge de ta mère arrivent à t’exciter ?  » « Ne mentionne pas ma mère ! Ma mère est respectable , elle porte le jilbab , pas comme les khamjates comme toi ! » L’incompréhension venait de céder la place à la colère et je sentais ma rage gronder . Petite on m’avait appris que si un mâle me harcelait il fallait viser l’entrejambe et frapper , que la douleur aux testicules allait le paralyser ; en grandissant dans ma société j’ai compris qu’un coup porté à ses vagins était tout aussi douloureux , car des vagins il en avait par procuration , celui de sa mère , de sa sœur , de sa femme et de toutes les filles de la famille étaient siens . Je sais que c’est injuste , que la femme ne devrait pas juger une autre femme , mais c’était plus fort que moi , je maudissais mon sexe qui engendrait ces parasites ; Je fixais le monticule de sa chemma qui se fondait parfaitement dans la boue et le carton marron devenu gluant sous la pluie et sans vraiment réfléchir je criais : « NEDREB JEDEK NDEKHLEK FEL VITRINA ! » Tu sais c’est qui la khamja ?? Ta mère qui t’a chié au monde et qui ne t’a pas éduqué !! Ta sœur qui entretient un raté comme toi pour avoir la paix ! La femelle qui va accepter de copuler avec le rat que tu es ! La khamja c’est celle qui donne son cul en cachant son identité sous le voile de la pureté et qui rafistole une membrane garante de sa virginité !!!!!! Tu sais c’est qui aussi la khamja ? C’est cette rue pourrie qui t’a adopté ! C’est cette société putride qui a fait de toi le tuteur de toutes les femmes que tu peux rencontrer ! C’est l’école obscurantiste qui t’a formaté ! C’est l’imam inculte qui ne t’a appris qu’à mépriser et diaboliser le sexe opposé ! La khamja c’est toi , toi qui te complais dans la saleté , que les ordures , les égouts , la puanteur ne dérangent pas mais que 10 cm de cheveux arrivent à indigner !!!  » J’avais vociféré tous ces mots sales dans un même souffle , ah si ma mère m’entendait , elle m’aurait savonnée ; mais la pression et la fatigue mêlées à la colère et le sentiment d’injustice m’avaient fait perdre tout contrôle sur mes nerfs et ma bouche voulait juste se venger . Il était devenu vert , les yeux rougis , les poings crispés et ses dents gâtées grinçaient , il bégayait des injures sans arriver à formuler une phrase cohérente , il avait clairement très mal , tout aussi mal que si je lui avais asséné un coup de pied aux couilles qu’il n’avait plus . Je tremblais , je ne sais plus si c’était de froid , de peur ou si c’était la rage qui m’ébranlait , mais je tremblais . Je tenais mon parapluie aux branches désarticulées comme on tiendrait une épée , prête à décapiter la bête blessée qui avançait , quand soudain une main l’attrapa au cou et l’immobilisa . C’était le propriétaire du magasin qui venait de sortir , je ne savais pas encore s’il craignait pour sa vitrine ou s’il était juste un homme intègre comme il n’en existe que très peu désormais . Je regardais les pieds du jeune qui se débattaient à vingt centimètres du sol , il venait de le soulever d’un seul bras et le coller contre le mur . « ROH TEKHDEM KHIR MA TAHGAR ENSA OU YEMMAK TEDREB NECHAF ENDE NASS YA WAHED ERKHISSE «  > (Va travailler au lieu de harceler les femmes pendant que ta mère se tape la serpillière chez les gens espèce de vaurien !) Il lâcha le pauvre diable et lui asséna un coup de pied qui ne l’atteignit même pas mais qui réussit mystérieusement à le faire trébucher . Couvert de boue , il traversa la rue en courant et alla se réfugier dans la mosquée Qabaa qui appelait à la prière d’El 3icha .  » SEMHILNA YA TBIBA  » , Le marchand de chaussures me demandait pardon , au pluriel ; je ne sais pas s’il le faisait au nom de tous les hommes , au nom de sa commune , au nom du pays , au nom de la société ou au nom de toutes les injustices subies . Je sais seulement que je pleurais , je ne sais pas non plus si je pleurais de reconnaissance , de fatigue , de rage ou de douleur d’être femme , mais mes larmes pleuvaient . Je repris après cela mon chemin en pensant à toutes les  » KHAMDJATE  » de la nation qui comme moi triment pour survivre et à ce que je pourrais faire à manger , aux godasses du petit , aux charges de son école , au baccalauréat du cadet , au loyer , aux papiers , à la facture d’électricité et …..à un nouveau parapluie ….

I yiri-nwen ! (J’accuse ! )

« I yiri-nwen »
La confiscation de la liberté – sur tous les plans – fait de cet espace géographique que l’on appelle « Algérie » un camp de concentration, un asile de fous dans lequel des aliénés tiennent les rennes du pouvoir.
Une dictature à visage découvert s’y est installée. Doit-on parler du Système ou des systèmes qui gangrènent les cerveaux ankylosés par les années de braise et le silence rampant? Qu-avons-nous à dire des faux démocrates, des Chiens de garde de la dictature, de ce peuple qui a tissé sa corde en alimentant par ses soins la corruption et l’étouffement social? Et les Kabyles, sont-ils vraiment ouverts, laïcs, libres et émancipés comme le font certains avec un excès de zèle?

Et le statut de la femme dans cette société de domination masculine ? Y-a-t-il des choses à revoir dans nos habitudes (que l’on appelle traditions) ou elle est destinée à vivre – presque effacée – sous la loi de cette « société à laquelle on a inculqué la négation d’elle-même »?

En m’inspirant de la fameuse lettre qu’Emile Zola a envoyée au Président de la République Félix Faure, « I yiri-nwen » s’adresse :
– aux juges de l’injustice et de la soumission;
– aux nouveaux chiens de garde de la répugnante République;
– aux faux démocrates lâches et opportunistes;
– aux islamistes et la horde barbare aux services de la médiocrité;
– à ces pseudos défenseurs de la Kabylie à laquelle ils n’ont jamais appartenu;
– la femme dans cette société de domination masculine.

« I yiri-nwen » est un message de paix et de liberté.

Le dictateur algérien

Visionnaire, Charlie Chaplin mesurait déjà le danger du régime nazi dans « The Great Dictator », chef-d’œuvre réalisé en 1940.

Pour répondre à la bassesse de la dictature militaire qui s’installe en Algérie, en s’appuyant sur l’intégrisme islamiste, les opportunistes et la lâcheté des pseudos démocrates, j’ai choisi de vous livrer le discours (adapté en kabyle) de Charlie Chaplin à la fin du film « The Great Dictator ».

Ps : Ce discours final, ode à la liberté que Chaplin récita devant le président Franklin Roosevelt, débutait par ces mots « la vie peut-être libre et belle… »