Igelliden n yiderwicen

Roland Magdane – Les rois des fous.
 « Igelliden n yiderwicen »
 Meɣres 2020.
 
Ddunit teqqel d sbiṭar n yimehbal
Taεekkazt rnan-as asḥerlelli
Ṣṣdid i hemmej deg wuzzel
Iderwicen gezzren di tlelli
 
Yel tamurt tesbedded aselway
D yiwen seg yigelliden n yiderwicen
Xas yezgel-iten ṛṛay
Ṭṭuṛcen tiḥerci n wuccen
Amsihri ixeṭṭeb anemlay
Igenni kkren ad t-neqqcen
Lekteb deg yimi d amlellay
Rran di ṭṭarf widen iḥercen
 
Akken tidderwect ur d-ttenfal
Heggan-asen-d s wacu ara leεben
Tiselbi ttaken-tt d lfal
Tamurt cudden-tt s yimraren
Lğehd yekna d uffal
Annar deg-s tturaren
Iderwicen xedmen akarnafal
Agdal yeččur d akraren
 
Mačči d takerrust n uxnac
Neɣ d taferfart n warsus
Mačči d ṣṣyada n leḥnac
Tisuqqas ur asen-t-yezmir ufus
Ffɣen tajmaεt n rbeεṭac
I sextutsen di ddunit ma drus
Ɛemren yigran d aḥbac
Di tikli acḥal d amuṛḍuṣ
 
Fkan-asen ṛṛṣaṣ d yijenwiyen
Labyuwat ttcerrigent lḥiḍ n ṣṣut
Tturaren s terwiḥin n yiεsekriwen
Sserɣayen iḥerqan d lqut
Zehren yiberdan s yikamyunen
Di tikli-nsen ttağğan-d lmut
Kessen deg widen i ten-yettamnen
Ttağwen-d idim i tefsut
 
Igelliden n tmura i d-yufraren
Ḥemmlen zzhu d tmeɣriwin
Yal wa inecced wa ad mnamaren
Ttεemmiṛen ṭṭwabel d tiwiztin
S lehna ucengu zehren
S tugdut qqazen-as tisrafin
Mi isuɣ deg-sen waɣzen
Lbumbat meḥḥunt tiɣeltin
 
Nutni ur tturaren ara s ulqaf
Taxnact d tuqqna n tuffra
Ur ẓẓaden tissirt d yiɣuraf
Neɣ timucuha ɣer tafrara
Ur ssinen ḥğelğel d umanyaf
Tajgagalt, timqeddemt d ṣṣanya
Tusna n waṛẓaẓen d aglaf
Lmut n yigellilen d lkimya
 
Igelliden n yiderwicen ttemnamaren
Yal wa yeskanay-d acu i yesεa
Igelliden iderwicen ttemεayaren
Yal wa yeskanay-d yeṛwa
Igelliden n yiderwicen ttemyasamen
Yal wa yebɣa ad yekk nnig wa
 
Twalaḍ tineḍḍabin sεiɣ
Gezzment lebḥur almi d lmeṛṣa
Muqel lmedfeε i d-rniɣ
Anda yessaweḍ tiyita
I yimussnawen, tadrimt rniɣ
Abeεεuc ad yessenger Ccinwa
 
Yal tameddit
Igelliden n ddunit yeddrewcen
Ur sellen ara i tmucuha n waɣzen
Imi waɣzen, d nutni i t-yesbelεen
Yal tameddit,
Mi bdan ttεeggiḍen wuccanen
Xedmen-d lbumbat ara ten-iwansen
Mi ara izehher lxiq deg wulawen
 
Ttmekkinen di yiεṣekriwen ɣer sdat
Nutni ddurin deffir yilwiḥen
Xas igenni yessebleε tafat
Tirṣaṣin zuzunent irwiḥen
Leεqel iseɣ yenfa-t
Yettnaḍaḥ ɣef lehna n yiderwicen
 
Ḥettmen i yal aεsekriw d uğundi
Di tikli ad ɣelben acengu
Deg unnar lmut tundi
Iṛwiḥen ṣemṛen-ten ɣef ujgu
Tiselbi deg wafriwen teldi
Di ṭṭraḍ tesgem tettargu
 
Mi neggren fukken yimenza
S ikumya i d-ssawaḍen iserdasen
D asfel yura ɣef twenza
Iẓekwan i yiɣsan ɣezzen
Gan am ifelfel n tuddza
Tlaq lmut akken ad idiren
Di tmurt yettsuɣu wanza
Tiselbi tesserεaεec igelliden
 
Mi εyan di ṛṛṣaṣ d yiɣsan
Ad beddlen s wacu i tt-urarren
Ad d-skeflen lεic ddaw waman
Di tfekka ad ssentun accaren
I tedrimt qqlen d aklan
Seknayen deg ubrid-is agduden
Ttkellixen igerdan s yizlan
Nutni di cfawat hudden
 
Ṛḍel-iyi-d le pétrole d lgaz-ik
Ad k-zzenzeɣ lbumba n neutron
Efk-iy-id l’uranium n tmurt-ik
Ad k-slemdeɣ tamussni n les espions
 
Llan diɣen yigelliden-nniḍen
Tidderwect d tagelda n yilefḍan
Ḥesben imdanen d iɣiden
Tamussni deg wallaɣ tuẓam
Am yilli mi kksen yifṛiden
Tacekkumt ur d-tettarra sslam
Leqrar n tmes d iɣiɣden
Iṛwiḥen d tawenza n ṭṭlam
 
Ur ɣṛin ur asen-tefki ṣṣifa
Ul-nsen d ṭṭerḥa n yiḍumman
Cwiṭ tesεa tmurt d lɣella
Kulci sekkfent am yizerman
Ttkellixen s leqṛan d ssuna
D twiztini i d-iteddun deg waman
Meḥḥun asirem d tusna
Aẓegḍuf ẓẓan-t deg yigenwan
 
Sbedden iεsekriwen i yigenwan
Rran-tt i ddin d tẓallit
Iderwicen deg yiberdan qqwan
Rran tawwurt ɣef tneflit
Cwiṭ n tedrimt yellan
Ur d-tezzi fell-as tmeddit
Le tiers-monde i as-sseman
D timuran ttelt n ddunit
 
Tiselbi tessegmi deg wul
Terna deg wallen leḥruz
Qqnen ɣer teεrurt-nsen awtul
Yekkaten lɣiḍa d ugerbuz
 
Mi d-εeddan zzuɣuren deg yijifaṛ
D anza n tugdid n lmut
Di tmussni ttarran-d ttar
Azemni zellun-t s tefrut
Tikwal yettsuɣu-d waẓar
Agdud yettnadi ɣef lqut
Mi yesbedd lqedd Wanẓar
S rrebrab sganayen tugdut
Mi d-yekker ugdud s ddemmar
S ubeεεuc ad as-ɣeḍmen ṣṣut
 
Igelliden n yiderwicen
Sbedden tiselbi d ddin
Aslufu-nsen d ixebbicen
Allaɣen-nsen werğin ldin
Deg wasmi qqlen d igelliden
Inyiren werğin fsin
 
Zehhun s yimeṭṭi n yilmeẓyen
Widen mi εegben ifassen
S lminat yundin deg wagdalen
Yeqqlen d iẓekwan i ṭṭir
 
Zehhun s lmut n yilmeẓyen
Widen yeṭṭfen gar yifassen
Lehwa n usigna i d-yettenɣalen
D timiqwa n nucléaire
 
Tikwal yettnulfuy-d ṭṭbib
Amejjay yettdawin s tεerfit
Qqaren-as « Prix Nobel de la paix »
Arraz Nobel n talwit
 
Ad as-εelqen cciεa ɣef wul
Tceεεel s ddheb i ireqqmen
D aseḍṣu n llufan mi d-ilul
D ticraḍ ɣef wudem i iwecmen
 
Ziɣ εelqen-as-tt ɣer tama n wul
Anda idammen rekkmen
Taṛṣaṣt ɣef wudem-is i tẓul
D zznad akked nnican i iḥekkmen
 
Ddunit tleḥḥu d timendeffirt
Neggren yimussnawen yeɣṛan
Iṭij deg yigenni ɣef tgecrirt
Deg yifwaden asirem yeṛɣan
Nnif yeẓẓel ɣer tesrirt
At tedrimt uɣalen d ideɣṛan
 
Igelliden n yiderwicen di ddunit
Ttextiren-d iqeddacen d waklan
Ibuεemmaren i iqeṭṭun di tsertit
Deg usirem n ugdud zlan
Yal aṭṭan xedmen-as tisegnit
Rebḥen s yixxamen xlan
 
Amezruy regglen-as aḍref
D ungif i as-yettṛuẓen tuyat
Tadɣaɣat, arruy d yilef
Ṭṭfen imeḍqan di lbirwat
Tutlayt deg yimi txulef
Ɣef yiles i ttelmen zzedwat
 
Aɣyul teqqel-as-id lḥikma
Yettrayi ɣef tdamsa d tedrimt
Ikerri fkan-s lkaẓirna
Ɣef tlelli yeqqel d tadimt
Agerfiw iεuss-d ɣef leqraya
Yekkes-as i tmussni talqimt
D wagi d udem n lḥukuma
D azrem yebran i teglimt
 
Di tgelda n yiderwicen
Agellid yettweṣṣi-t uwtul
Yettak-as timsirin s wurawen
Ɣef uɣerbaz yesbedd aɣyul
Deg ubrid beggsen-d i wuccanen
Axxam n ccreε yezdeɣ-it uṭermul
Ṭṭfen tisura yiqananen
At nniyya ur ssinen lmul
 
Fiḥel ma tnudam deg yisefra
Nniyyat mi ttlen yilsawen
D kečč, d nekk akked kra
N widen iɣilen d izmawen
Kksen-aɣ tamurt deg-s nekra
Cwiṭ n yigenni i aɣ-yefkan ismawen
Cwiṭ i d-nessuder yekna
Tiẓgi εemren-tt yiddawen
Neẓẓel tudert-nneɣ ɣef ẓẓebra
Nnig yifḍiṣen n yiderwicen
 
Limer at nniya
D kra ɣef qqlent tekmamin
S yiwen ɣer miyya
Lḥif d ddel ad ten-ggamin
Ad terfed s lğehd leḥya
Tabɣest ad teffeɣ seg ugelmim
 
Agdud ad myefken ifassen
Talwit ad tt-sbedden d lsas
Tugdi ɣef taẓayt-is ad εefsen
Iderwicen, ad asen-kksen ṛṛṣaṣ
Ifrax ɣef ttjur ad rsen
Ɣef wulawen igenni d afessas
Ad trid tefsut yumsen
Di ṛṛeḥba ur ttilint tmenqas
 
Yiwen n wass widen yeggugmen
Ad kksen takmamt i yimi
Si teεwint n wul ad agmen
Ayen i iḍerref urwiḥ d tirni
 
Yiwen n wass widen yeggugmen
Ad rren takmamt i lmedfeε
Si teεwint n wul ad agmen
Kulci di ddunit d nnfeε
 
Ass-nni ad nidir di tlelli
Deg yigran n ddunit yurwen
Yal ass ad yuɣel d izli
Tilawin ad ssemɣint afriwen
Deg ugama ad ğğuğgent s tayri
S tuzuft ad snefcucin wallaɣen
Anda ulac ṭṭraḍ d yimenɣi
Taḍṣa ad tt-nettağǧew s wurawen
 

Igelliden n iderwicen

« Igelliden n iderwicen » ou « les Rois des fous »

Le texte de Roland Magdane date de 1981 mais il est décidément et malheureusement toujours d’actualité…

J’ai revisté ce poème pour que l’on puisse fixer quelques images sur la toîle de la langue kabyle..

La terre s’est mise à tourner à l’envers

Le monde est devenu un grand hôpital psychiatrique

Où les fous se promènent en liberté

Chaque pays a élu son chef le roi des fous

Et pour ne pas que les rois s’ennuient

On leur a donné des jouets

Des petits soldats, des canons et des avions à réaction

Et les rois des fous du monde entier

S’invitent entre eux au cours de petits goûters

Ils se comparent leurs jouets

«T’as vu mon sous-marin?»

«Et toi t’as vu mon canon comme y tire bien?»

Tous les soirs ils jouent très tard, ils font la bombe

Ils poussent leurs petits soldats qui tombent sous les billes

Quand y’ en a plus ils les remplacent

Parfois les rois fous échangent leurs jouets

«J’te donne mon pétrole, mais toi tu m’donnes ta bombe à neutrons»

«D’accord, file-moi ton uranium

et moi je te prêterai mes petits camions de soldats»

Et puis il y a des rois qui n’ont rien à échanger

Ils n’ont pas de jouets, même pas de quoi manger

A quatre heures, ils ont droit à un petit goûter

A partager en trois Ils vivent au tiers, c’est le tiers-monde

Florilège de poésies kabyles : poèmes d’amour

« Toute poésie est avant tout une voix. Et celle-ci plus particulièrement.  Elle est un appel qui retentit longuement dans la nuit, et qui entraîne peu à peu l’esprit vers une source cachée, en ce point du désert de l’âme où, ayant tout perdu, du même coup on a tout retrouvé. Poésie intérieure, qui tend au silence, mais un silence peuplé de mille voix sans timbre, les voix des devenirs qui s’achèvent dans l’être vivant que nous sommes, en l’instant précis où nous nous éprouvons comme un être unique et prédestiné dans la chaîne des êtres … »

Jean El-Mouhoub Amrouche, 1938

(Chants berbères de Kabylie)

L’oiseau et l’aveugle

Texte : Ahmed Azeggagh

Adaptation : Hace Mess

Musique : Beethoven 

Dans un jardin d’automne
Habillé de tristesse,
Un enfant se promène
guidé par un oiseau
« Oh, dis-moi, que verrais-je si j’avais de vrais yeux? »
« Tu verrais » dit l’oiseau
Déguisant le décor
très consciencieusement
Avec de beaux mensonges:
« Un énorme jet d’eau,
entouré d’arc-en-ciel
Un gazon velouté,
Un ciel immaculé,
Des fleurs multicolores,
Des fruits sur tous les arbres
Des statues toutes blanches,
Des allées bien tracées,
Et d’autres oiseaux que moi
et tous en liberté.
Tu verras le soleil
et encore la beauté
Et puis la joie de vivre
Et beaucoup d’autre choses
que je ne sais décrire.
Tu verrais toi et moi,
Tu verrais surtout,
salué comme un prince
Par l’été et sa suite
Au fond d’un paradis!»

Dans un jardin d’automne
Habillé de tristesse,
Un enfant est aux anges,
Pendant qu’un oiseau pleure.

Crédit : https://afropoesie.com


Jacques Brel chez les Kabyles

Adaptation de « ça va » (le diable) en Kabyle

Un jour,
Un jour le diable vint sur Terre
Un jour le diable vint sur Terre
Pour surveiller ses intérêts
Il a tout vu le diable, il a tout entendu
Et après avoir tout vu
Et après avoir tout entendu
Il est retourné chez lui, là-bas.
Et là-bas, on avait fait un grand banquet
A la fin du banquet, il s´est levé le diable
Il a prononcé un discours

Un Perse chez les Kabyles

Étreins bien ton amour, bois son regard si beau,
Et sa voix, et ses chants, avant que le tombeau
Te garde, pauvre amant, poussière en la poussière,
Sans chansons, sans chanteuse amie, et sans lumière.

Puisque ce monde est triste et que ton âme pure,
O mon amie, un jour, doit aller chez les morts,
Oh ! viens t’asseoir parmi les fleurs sur la verdure,
Avant que d’autres fleurs s’élèvent de nos corps.

Que vos pas soient légers à ces mousses fleuries,
Près de ces flots riants comme des pierreries,
Car on ne peut savoir de quelles lèvres douces
Et mortes, ont jailli ces fleurs parmi ces mousses.

Source : http://remacle.org/

Adaptation de quelques quatrains d’Omar Kayyam.

Un sage chinois (Tchouang-tseu) chez les Kabyles

Le meilleur usage que l’on puisse faire de la parole est de se taire.

Tchouang-Tseu

Tchouang-tseu ou Zhuangzi est un penseur chinois du IVe siècle av. J.-C. à qui l’on attribue la paternité d’un texte essentiel du taoïsme appelé de son nom – le Zhuangzi – ou encore le « Vrai classique de Nanhua », Nanhuazhenjing.

Si Zhuang Zhou a réellement existé, on ne sait en tout cas que très peu de choses sur la personne de ce philosophe qui vécut à l’époque des Royaumes Combattants.

Les Annales Historiques de Sima Qian rapportent qu’il était originaire du district de Meng, probablement situé au sud du fleuve Jaune, à proximité de la capitale de l’État de Song , près de l’actuelle Shangqiu au Henan.

Source : Wikipédia

Un Grec (Ésope) chez les Kabyles.

Adaptation libre de la fable de « l’Oiseleur et du merle » d’Ésope.

Un Oiseleur tendait des rets pour y prendre des Oiseaux. Le Merle qui l’aperçut de loin, lui demanda à quoi il s’occupait. ” Je bâtis une Ville, lui répondit l’Oiseleur. ” Après qu’il se fût retiré, le Merle eut la curiosité de venir voir cet ouvrage, se fiant à la parole et à la bonne foi de l’Oiseleur ; mais s’étant trop approché du filet, il y demeura pris. ” Je vous proteste, dit-il à l’Oiseleur qui accourut promptement pour s’en saisir, que si vous bâtissez toujours de semblables villes, vous n’aurez guère d’habitants. “

https://www.ruedesfables.net/de-loiseleur-du-merle/

Asgunfu n wussan

Adaptation libre du poème « Avec le temps » de Léo Ferré.

Avec le temps
Avec le temps, va, tout s’en va
On oublie le visage et l’on oublie la voix
Le cœur, quand ça bat plus, c’est pas la peine d’aller
Chercher plus loin, faut laisser faire et c’est très bien

Avec le temps
Avec le temps, va, tout s’en va
L’autre qu’on adorait, qu’on cherchait sous la pluie
L’autre qu’on devinait au détour d’un regard
Entre les mots, entre les lignes et sous le fard
D’un serment maquillé qui s’en va faire sa nuit
Avec le temps tout s’évanouitAvec le temps
Avec le temps, va, tout s’en va
Même les plus chouettes souvenirs ça t’as une de ces gueules
À la gallerie j’farfouille dans les rayons d’la mort
Le samedi soir quand la tendresse s’en va toute seule

Avec le temps
Avec le temps, va, tout s’en va
L’autre à qui l’on croyait pour un rhume, pour un rien
L’autre à qui l’on donnait du vent et des bijoux
Pour qui l’on eût vendu son âme pour quelques sous
Devant quoi l’on s’traînait comme traînent les chiens
Avec le temps, va, tout va bienAvec le temps
Avec le temps, va, tout s’en va
On oublie les passions et l’on oublie les voix
Qui vous disaient tout bas les mots des pauvres gens
Ne rentre pas trop tard, surtout ne prends pas froid

Avec le temps
Avec le temps, va, tout s’en va
Et l’on se sent blanchi comme un cheval fourbu
Et l’on se sent glacé dans un lit de hasard
Et l’on se sent tout seul peut-être mais peinard
Et l’on se sent floué par les années perdues, alors vraiment
Avec le temps on n’aime plus

Source : LyricFind

Un Grec (Ésope) chez les Kabyles

Aniwa i d yeğğan taḍṣa ?

L’ÂNE, LE COQ ET LE LION

Un coq paissait un jour en compagnie d’un âne. Comme un lion marchait sur l’âne, le coq poussa un cri, et le lion (on dit en effet qu’il a peur de la voix du coq) prit la fuite. L’âne, s’imaginant que, si le lion fuyait, c’était à cause de lui, n’hésita pas à lui courir sus. Quand il l’eut poursuivi jusqu’à une distance où la voix du coq n’arrivait plus, le lion se retourna et le dévora. Et lui disait en mourant : « Malheureux et insensé que je suis ! n’étant pas né de parents guerriers, pourquoi suis-je parti en guerre ? »

Cette fable montre que souvent on attaque un ennemi qui se fait petit à dessein et qu’on se fait ainsi tuer par lui.